Air Combat Le magazine de la guerre aérienne moderne
Northrop B2 Spirit
Air Combat Le magazine de la guerre aérienne moderne

Air Combat n°6 : Tupolev TU-160

//////////////////////Épuisé//////////////////////

Au sommaire du n°6


Tupolev TU-160

Bombardier Bi-sonique nucléaire


En novembre 1981, une photo montrant un bombardier stratégique soviétique non identifié cause un certain émoi au sein des états-majors de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). L’Union des républiques socialistes soviétiques est sur le point de mettre en ligne l’avion de combat le plus puissant de tous les temps. Un monstre de 275 tonnes, capable d’atteindre des points névralgiques situés sur le continent américain. Moscou vient de frapper fort dans la course à l’armement qui l’oppose aux États-Unis en dévoilant un appareil hors du commun qui donne au Kremlin un sérieux coup d’avance.


L'art du combat aérien

Approche, pousuite & figures


Le combat aérien moderne n’a plus grand-chose à voir avec les premières évolutions rencontrées par de frêles avions en bois et toile au cours de la Première Guerre mondiale. La préparation, le nombre d’appareils engagés, la distance, la détection, le brouillage et le tir de missiles au‑delà de la portée visuelle ont complètement modifié cet instant de la guerre aérienne.

La Libye attaque l'Égypte

Juillet 1977


La plupart des guerres interarabes du XXe siècle sont caractérisées par de longues tractations politiques, parfois une courte période de combats, de faible intensité, suivie par un retour à la table des négociations. En 1977, le gouvernement du Caire se voit contraint d’intensifier ses opérations à plusieurs reprises afin d’envoyer un message clair à son voisin libyen. Ce conflit, peu connu, se transforme en un affrontement assez violent, devenant un concentré de toutes les expériences conflictuelles rencontrées précédemment au Moyen-Orient.

Les aggressors - 2e partie

Des balbutiements à la professionnalisation


Dans le dernier numéro d’Air Combat, nous avons décrit les circonstances ayant amené les autorités américaines à créer des unités Aggressors ou Adversaries. La guerre du Viêtnam s’achève en 1975, et la plus grande puissance du monde va devoir sérieusement reconsidérer les procédures d’entraînement au combat asymétrique de ses pilotes afin de faire face aux nombreux conflits planétaires qui se présenteront à elle.

EA-6B Prowler

Le rôdeur des airs


Lorsque les pilotes américains et alliés ont une cible à bombarder, ils savent que l’ennemi au sol va tout faire pour les abattre. C’est la raison pour laquelle ils se tournent vers le Prowler. Dérivé optimisé de la version ECM du formidable A‑6 Intruder, cet avion au profil atypique possède le plus efficace des systèmes de contre-mesures électroniques depuis la fin de la guerre du Viêtnam. Toujours en service dans huit unités, le Prowler est loin d’avoir dit son dernier mot et volera encore, au minimum, jusqu’en 2020.

Les as américains au Viêtnam

1re partie - l'US Air Force


La guerre du Viêtnam reste globalement, dans l’inconscient collectif, synonyme d’une cuisante défaite pour les forces américaines. Il en est de même pour la partie aérienne. Ceci est particulièrement dû à l’immense différence qui existe entre la supériorité en vol, constatée par les USA en Corée, comparativement aux importantes pertes en appareils rencontrées dans ce nouveau conflit, tout particulièrement au début de ce dernier. Néanmoins, de nombreux aviateurs y sont devenus des « MiG Killers ». Paradoxalement, seuls cinq d’entre eux ont obtenu le statut d’as.

Actu

L'aviation de chasse Bolivienne


La Force aérienne bolivienne, en dépit d’être une des plus restreintes d’Amérique latine, dispose d’une flotte très intéressante et éclectique d’appareils employés pour ses missions de combat. Elle est le dernier opérateur militaire du Lockheed-Canadair T‑33 dans le monde et l’un des utilisateurs de l’avion d’entraînement chinois Hongdu K‑8W, dénommé localement JL‑8VB, ou K‑8VB. Elle présente également la singularité d’être la seule force aérienne mondiale à stationner une unité de combat sur un terrain situé à une altitude de près de 4 000 mètres.

 

Air Combat, Le magazine de la guerre aérienne moderne Caraktère